Le mot des parents :

  • « EHEO, c’est le sourire d’Alexis lorsqu’on lui annonce que l’on va partir voir les ostéos et un sévère rappelle à l’ordre lorsqu’il ne reconnait pas la route habituelle ».
  • « C’est l’accueil et les bonjours de tous qui fusent ».
  • « C’est Alexis, fier que l’on s’adresse à lui, rien qu’à lui ».
  • « Ce sont des échanges autour de la table des soins entre les enfants, les ostéos et les parents. Il y a les habitués, mais aussi de nouvelles têtes et pour être en confiance il faut se connaitre et cela commence par se présenter les uns les autres ».
  • « Puis quelques mots des ostéos aux enfants et la séance de soins peut débuter ».
  • « A l’issus des soins, nous posons toutes nos questions à des professionnels qui nous écoutent et prennent le temps de nous répondre ».
  • « Car comprendre, pour nous parents, c’est très important surtout si nous ne comprenons pas un mal être ou un comportement de nos enfants ».
  • « EHEO, pour nous parents, c’est un moment de détente autour d’un café et d’une collation pendant ou après les soins ».
  • « C’est aussi des échanges sur les bons plans, les établissements d’accueil, les pièges à éviter et bien d’autres sujets divers et variés ».
  • « Ces rendez vous mensuels apportent beaucoup à nos enfants et permet à nous parents de rencontrer, échanger dans une ambiance ou la bonne humeur est toujours de mise ».

Le mot des ostéopathes :

L’ostéopathie est l’art de diagnostiquer et de traiter par les mains, des pertes de mobilités des tissus du corps humain, pouvant entraîner des troubles fonctionnelles et perturber la santé. L’ostéopathie respecte 3 principes :
Le corps humain est une unité fonctionnelle indissociable : Toutes les parties du corps sont reliées entre elles par les tissus organiques qui la composent. Tous les systèmes du corps sont interdépendants.
La structure gouverne la fonction : tout traumatisme (accident, stress, blessure émotionnelle, toxine alimentaire ou aérienne, posture, …) qui affecte un système, perturbe les autres. Une perturbation signifie une diminution de mobilité, de circulation (sanguine, lymphatique, nerveuse, …), d’échanges cellulaires,… Dès qu’une structure qui compose le corps humain perd en mobilité, la fonction qu’elle est censée remplir est perturbée, diminuée, voire abolie.
L’homéostasie : c’est la capacité d’auto-guérison du corps, c’est-à-dire à garder la santé en s’adaptant à son environnement. Pour cela l’ostéopathe est amené à s’intéresser aux différentes « facettes » de son patient, et à avoir une approche holistique.

Avec les enfants cette approche est encore plus indispensable. Nous devons les prendre dans leur entièreté, établir le contact, et parfois se laisser surprendre et se laisser guider ! Comme si eux savaient ! Au départ, il y a l’embryon. L’embryon parfait, plein de santé ! Puis il y a croissance, développement, le temps, la vie… Pour certains, un handicap apparaît. Mais l’embryon, la santé est là, toujours. Alors l’ostéopathe ne pourra pas supprimer cet handicap, mais avec des doigts qui écoutent, qui sentent et qui voient, peut les aider à grandir, à vivre. Et à l’EHEO c’est ce que nous essayons d’apporter à nos petits patients.

Le mot des étudiants :

Première réaction :
Un peu de timidité, on ne sait pas trop ou aller comment se placer. Ça n’a rien à voir avec ce qu’on nous a appris. Certains ostéopathes ne touchent même pas les petits patients. Comment va-t-on faire ? Est ce qu’on va vraiment être utile ? C’est difficile de se concentrer, d’habitude nos patients ne bougent pas, nous parlent, nous expliquent ce qui ne va pas. On est nombreux autour d’un enfant : est ce que moi, étudiant je vais réussir à donner un peu de bien être à ces enfants un peu différents ?
Oui parce qu’ils sont différents c’est sur.
Le handicap : une barrière ? Un sentiment de culpabilité, de honte qui nait en nous ? Une peur qui nous envahit face à une souffrance qu’on ne peut absolument ni contrôler ni même imaginer ? Une envie de ne vraiment pas se planter ?
Le handicap : l’inconnu surtout. Un premier contact pour la plupart.
Que reste t-il alors ? Un enfant, juste un enfant.
Un samedi hors des sentiers battus, hors du cadre scolaire, à la découverte de l’autre.
Et après :
Une pêche d’enfer !
Une réelle prise de conscience de la réalité du handicap à titre personnel. Une sensation d’avoir été bien encadré pour faire face à ce type de situation en tant que praticien pour la suite de notre pratique.
Un enrichissement incroyable d’un point de vue palpatoire et au niveau de la confiance en soi.
Un réel apprentissage de l’importance de savoir s’ancrer dans le sol pour pouvoir donner sans se faire happer et rester dans notre rôle de soignant.
La sensation d’avoir été acteur d’un véritable échange tant ostéopathique qu’humain.
Les progrès :
Avoir la chance d’être témoin des avancées de certains de ces enfants, d’être la pour partager le bonheur de ces familles d’un pas en avant.
Les samedis matins à l’EHEO : UNE CHANCE! Oui c’est une chance d’être là chaque mois pour apprendre toujours mais aussi pour être véritablement acteur d’une prise en charge. Cela donne à chacun un peu plus de responsabilité et nous pousse à être honnêtes envers nous même et envers l’autre.
Votre association est un véritable complément à notre formation initiale alors merci.
Merci de nous laisser une place dans votre pratique et dans vos familles.
Meryl et l’ensemble des étudiants de l’ISOP